top of page
  • hebrardcatherine

Biganos : étude du matériel archéologique en verre

Dernière mise à jour : 15 juin 2022

Les fouilles archéologiques qui se sont déroulées en 2005 et 2006 sur le site du Bois Lamothe (commune de Biganos) et à Biganos en 2008 sous la direction de Luc Wozny ont mis au jour du matériel gallo-romain et du XIXe siècle.

Pour les fouilles du Bois Lamothe, le matériel trouvé est très fragmenté et les tessons de petite taille. Aucun objet n’a été trouvé complet. Au total, il a été mis au jour 134 tessons. Les couleurs qui dominent sont la couleur blanchâtre (37 %), bleu/vert (34 %), vert clair (11 %).



Certains tessons ont été fondus sous l’effet d’une chaleur importante et forment de petits blocs difformes ou des gouttes (déchets du travail du verre du XIXe siècle).


Pour les fouilles de 2008, 198 tessons de verre ont été recueillis. Ils sont de deux périodes bien distinctes. Un nombre important de tessons de couleur verte appartient à des bouteilles du XIXe ou du XXe siècle. Le reste des tessons daterait du Ier au IVe siècle. La conservation très fragmentaire de ces derniers rend difficile l’identification des objets. Il est toutefois possible de reconnaître des pots ou des bols dont un possède un décor gravé sur la panse. Quelques tessons de verre plat sont aussi identifiables

Des bouteilles, des décors moulés ou gravés, des fioles, des pots et du verre plat.

I-Bois Lamothe


Au total 22 tessons représentant des bords, fonds, motifs et verre plat ont pu être dessinés. On peut relever 14 objets différents (NMI : nombre minimum d’individus), comptabilisés à partir des pieds, des fonds et bords supérieurs de la panse.


A- Les bouteilles

Cinq fonds de bouteilles bleu/vert et une anse ont été trouvés. Il s’agit de bouteilles dont le fond est moulé. Les traces du moule, imprimées sous le fond, forment des cercles concentriques,

ou des motifs plus élaborés (floraux?)


Le fond n° 21, moins épais que les autres, ne possède pas de motif imprimé. Il peut appartenir à des bouteilles plus petites que les précédentes. Une anse nervurée a aussi été mise au jour. Elle est attachée sur un fragment de l’épaule de la bouteille. Elle est de couleur bleu/vert comme les fonds de bouteille et peut appartenir à l’un d’eux .

Ces tessons appartiennent à des bouteilles carrées de type Isings 50 a[1]. L’anse nervurée est un indice de datation de leur fabrication : milieu du Ier siècle à la fin du IIe siècle. L’utilisation de ce type de bouteille a perduré jusqu’au IIIe siècle et il est très répandu dans l’empire romain car sa forme et sa solidité étaient adaptées à la conservation et au transport des liquides. Il en a été trouvé de nombreux spécimens dans la région de Poitiers[2] et aussi dans la région bordelaise comme Plassac[3], Loupiac[4] et à Bordeaux[5], cours du chapeau rouge. Plusieurs centres verriers ont fabriqué ce genre de verrerie comme l’atteste la découverte de fonds de moule à cercles concentriques en argile ou en pierre dans les officines de Saintes en Charente-Maritime[6], d’Aquilée en Italie[7], d’Augst en Suisse[8].

[1] ISINGS C., Roman Glass, Groningen, Djakarta, 1957. [2] SIMON- HIERNARD D., Verres d’époque romaine, collection des musées de Poitiers, Poitiers, 2000, p. 141-148. [3] HOCHULI-GYSEL A., Les verres de la villa gallo-romaine de Plassac (Gironde), Revue Archéologique de Bordeaux, tome LXXXI, 1990, p. 39-81. [4] HEBRARD-SALIVAS C., Etude du verre, La villa gallo-romaine de Loupiac, R.O. Marian J., D.F.S. de fouilles programmées, S.R.A. Bordeaux, 2005. [5] SIMON Laure, La verrerie d’époque antique, RFO de fouille préventive cours du Chapeau Rouge à Bordeaux (R.O. Sireix C., Chuniaud K.) Bx 23, avril 2006. [6]HOCHULI-GYSEL A., 85, rue de la Boule, Atelier de verriers de l’Antiquité à la période prè-industrielle,(Actes des 4es rencontres de l’AFAV), Rouen, 1991, p.58. [7] CALVI C., I vetri romani del museo di Aquileia, Aquilée, 1968. [8] RÜTTI B., Die römischen Gläser aus Augs und Kaiseraugst, Augs, 1991.



B- Décors sur des fioles ou des verres à boire


1-Décor moulé

Le tesson n° 17, de couleur verdâtre, appartient à la panse d’un objet soufflé dans un moule ayant comme décor des grains de forme allongée. Il peut s’agir d’un flacon de type Isings 78e ou 91a qui sont en forme de grappe de raisin. Ces deux types se différencient par la présence ou non d’anses. Le premier date du Ier-IIe s. et le second du IIe-IIIe s.


La petite taille du tesson trouvé sur le site ne nous permet pas de dire à quel type il peut être rattaché. Toutefois, il possède des gros grains qui permettent de le comparer aux flacons de type 91 trouvés dans des sépultures de la nécropole des Dunes à Poitiers[1]. Un flacon de type 91 a aussi été découvert dans un contexte d’habitat à Targon sur le site de Roustaing (Gironde)[2]. Ces objet étaient fabriqués en Germanie et au Moyen-Orient.

[1] SIMON- HIERNARD D., Verres d’époque romaine,… Poitiers, 2000. [2] SIMON- HIERNARD D., Verres d’époque romaine,…Poitiers, 2000.


2-Décors avec filets de verre


Deux fragments de verre appartenant à des objets soufflés à la volée sont décorés d’un filet de verre déposé à chaud à leur surface .

Un des fragments est de couleur bleu/vert, l'autre de couleur jaune .



Cette technique de décor a été mise au point par les artisans verriers dès le Ier siècle sur des coupes puis sur des verres à boire aux IIe-IIIe siècles en particulier dans les ateliers de Cologne en Rhénanie. Deux exemplaires, répertoriés au musée de Poitiers, proviennent de Cologne[1].

[1] SIMON- HIERNARD D., Verres d’époque romaine,… Poitiers, 2000.


C-Le verre plat

Cinq fragments de verre plat ont été mis au jour. Quatre de couleur bleu/vert, possèdent une face lisse et brillante, et une face mate et rugueuse. Leur épaisseur varie de 5 mm à 1 mm. Un de ces exemplaires est un coin de plaque sur laquelle on aperçoit les traces des pinces de préhension. Ces tessons sont issus de plaques de verre coulées sur un support puis étirées à l’aide de pinces. On retrouve ce type de vitre dans les villas gallo-romaines de Plassac[1], Loupiac (Gironde)[2]. Elles sont datées des Ier et IIe siècles.

[1] HOCHULI-GYSEL A., Les verres de la villa gallo-romaine de Plassac (Gironde), Revue Archéologique de Bordeaux, t. LXXXI, 1900, p. 39-81. [2] HEBRARD-SALIVAS C., Etude du verre, La villa gallo-romaine de Loupiac, R.O. Marian J., D.F.S. de fouilles programmées, S.R.A. Bordeaux, 2005 et 2006.



II- Verre de Biganos découvert en 2008

A- Période Gallo-romaine

1- Le verre plat


Trois fragments de couleur bleu/vert ont été mis au jour. Il s’agit de deux bords de plaque qui ont été découverts dans les US 1144 et 1157.


L’utilisation de ce genre de verre date du Ier au IIIe siècle. Ces tessons sont lisses d’un côté, rugueux de l’autre et leur épaisseur est souvent irrégulière, comprise entre 4 et 4,8 mm.

Ce type de verre provient de verre coulé sur une plaque recouverte de sable. La masse de verre encore malléable est étirée sur une surface plane recouverte de sable puis étirée à l’aide d’une pince. Ceci explique la rugosité d’une face due au contact direct avec le support, et la brillance de l’autre face.

Ce verre plat est fréquemment découvert sur les sites gallo-romains dans la région. Il en a été déjà découvert à Biganos lors des fouilles précédentes en 2005 et 2006[1], sur les sites de la villa gallo-romaine de Plassac[2], des thermes de Barzan[3]

[1] HEBRARD-SALIVAS C., Etude du verre, Fouilles sous la responsabilité de Luc WOZNY, Biganos (Gironde), « Bois de Lamothe », rapport de fouille préventive sept-nov 2005, Piste cyclable RD 804, SRA Bordeaux, 2006. [2] HOCHULI-GYSEL A., Les verres de la villa gallo-romaine de Plassac, Revue Archéologique de Bordeaux, tome LXXXI, 1990, p. 39-81. [3] BOUET A., Thermae Gallicae, les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des provinces gauloises, Bordeaux, 2003.


2-Bols de type Isings 85b/AR 98.1

Le fragment de bord supérieur incolore trouvé dans l’US 1184 appartient à un bol cylindrique de type Isings 85b. Ce type d’objet est très répandu aux IIe et IIIe siècles. De nombreux exemplaires ont été découverts en Aquitaine, à Lormont[1], à la cité judiciaire de Bordeaux [2], à Plassac[3], au Mas-D’agenais[4], et en Poitou-Charentes comme à Poitiers[5] ou à Barzan[6]. De nombreux verres de ce type ont été extraits d'une épave au large de l’île des Embiez[7]. Ces verres provenaient de Méditerranée orientale et sont datés du IIe/IIIe siècle[8]. Fritz Fremersdorf a émis l’hypothèse que des verres de ce type avaient pu être fabriqués aussi à Cologne[9].

[1] HOCHULI-GYSEL A., Verres romains trouvés en Gironde, Verres gallo-romains découverts à Lormont, Aquitania, tome VIII, 1990, p. 122-128. [2] SIMON L. (publication sous presse) [3] HOCHULI-GYSEL A., Les verres de la villa gallo-romaine de Plassac…, Revue Archéologique de Bordeaux, 1990. [4] HOCHULI-GYSEL A., Verres romains trouvés en Gironde,…Aquitania, 1990, p. 121-134. [5] SIMON-HIERNARD D., Verre d’époque romaine, Poitiers, 2000. [6] DUBREUIL F., Le mobilier en verre, Thermae Gallicae, les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des provinces gauloises, Bordeaux, 2003. [7] FOY D., NEMMA M ;-D., Tout feu tout sable, mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Aix-en-Provence, 2001. [8] FOY D., JEZEGOUM.-P., Une épave chargée de lingots et de vaisselle de verre, Verre, tome 3, 1997, p. 65-70. [9] FREMERSDORF Fr., POLONYI-FREMERSDORF E., Die Farblosen Gläser des Frühzeit in Köln, Cologne, 1984.



3- Coupe gravée

Un fragment de coupe gravée à la meule a été découvert dans l’US 1156. Ce décor présente des cupules de forme allongée, des motifs en forme de grain et des croisillons. Il est difficile d’interpréter ce motif : motifs géométriques ? Ce type de décor gravé est présent sur des coupes apodes à panse hémisphérique provenant des fouilles de la Cité judiciaire à Bordeaux. Ce type d’objet est daté du milieu du IIe siècle au IVe siècle.



4- Les autres bols ou coupes

D’autres fonds d’objets ont été découverts. Le premier est verdâtre (1 : US 1168), le second incolore (2 : US 1156) et les deux autres de couleur bleu/vert (3 : US 1168, 4 : 1184).


Il est difficile d’identifier les types d’objets, car ces tessons sont de trop petites dimensions. Toutefois, il est possible de situer leur période de fabrication entre le Ier et le IVe siècle.


B-Bouteilles des XIXe/XXe siècles

Un nombre important de tessons appartient à des bouteilles du XIXe ou du XXe siècle. Un goulot complet trouvé dans l’US1166 est de couleur verte, la lèvre est coupée net à peine réchauffée, et un filet de verre de même couleur entoure le goulot. Ce type de fabrication daterait du XVIIIe ou du début du XIXe siècle. A Biganos, une verrerie s’est installée en 1815 et commence son activité en 1816. C’est l’industriel bordelais Olivié qui l’a créée (Verrerie de « Capsus »). Des déchets du travail du verre de bouteille ont déjà été récoltés lors des fouilles précédentes à Biganos. Cette bouteille est peut-être un exemplaire de la production de cette verrerie.


Le goulot (US 1197) de couleur verte dont la lèvre est retournée par deux fois vers l’extérieur puis aplatie. Il pourrait s’agir d’une petite bouteille du début du XXe siècle de fabrication anglaise.



Le cachet qui provient de l’US 1156 est de couleur verte. Il est possible de lire les lettres L et J entourées de 25 petits ronds et de faisceaux rayonnants. Il n’est pas possible, en l’état actuel de nos connaissances, de dater ce cachet ou de dire de quelle région il provient. Au XIXe siècle, les cachets sur les bouteilles bordelaises étaient fréquents et on en trouve aussi sur des bouteilles de bière, d’eaux minérales, d’huiles, de spiritueux et sur des bocaux de truffes.

Les informations apportées par le matériel en verre découvert à Biganos en 2008, confirment celles que nous avions recueillies lors des fouilles précédentes : une occupation entre le Ier et le IVe siècle, et un activité verrière au XIXe siècle.
Malgré le faible nombre de tessons découverts lors des trois fouilles, leur intérêt est indéniable pour la connaissance du site.
Certains objets appartiennent à des ustensiles assez courants à l’époque gallo-romaine, d’autres appartiennent à des objets plus luxueux et leur provenance est plus lointaine comme la Rhénanie ou le Moyen-Orient. La présence de verre de ces régions est déjà attestée par la découverte de verres gravés lors des fouilles de la villa de Plassac.


Pour plus d'informations sur le site, voir les rapports de fouille, SAR Aquitaine, 2007 et 2008.

Comments


bottom of page