top of page
  • hebrardcatherine

Verres archéologiques et musées : musée du Louvre

Dernière mise à jour : 10 févr. 2023

A la découverte d'objets en verre exposés dans les vitrines qui proviennent soit de trouvailles archéologiques (un verre à boire apode mérovingien et un collier avec quelques perles en verre) soit de dons, legs, dépôts d'autres musées, ou d'acquissions réalisées par le musée du Louvre.


La meilleure façon de découvrir ces objets est de se rendre au musée du Louvre pour en apprécier leur beauté



Objets provenant de trouvailles archéologiques

Un verre issu d'une tombe féminine est datée du VIe siècle située à Jouy-le-Comte, Parmain (Val-d'Oise), alors que le collier du VIIe siècle, est d'origine inconnue.

(Dépôts du M.A.N. musée national et domaine national de Saint-Germain-en Laye, Inv 24572, 27915)


Ce verre apode d'une hauteur de 12,5 cm et d'un diamètre de 6,4 cm, est un gobelet caréné sans décor à bouton terminal. On remarque de nombreuses filandres à sa surface. C'est un type de verre des plus communs de l'époque mérovingienne. Il peut être comparé à ceux déposés au musée de Saint-Germain-en-Laye découvert dans la Marne et qui proviennent de la collection De Baye (n° d'inventaire : 68080 ; 68064).

Dans la limite de nos connaissances, aucun verre de ce type n'a été découvert dans le Sud-Ouest de la France.







Ce collier est composé de 28 perles et de médaillons qui sont en or. Seules quelques perles sont en verre, les autres étant en bois de cerf. Ce collier mesure 30 cm. On peut reconnaître des perles de type 8, 20 et 37 de la typologie de Legoux René. Des colliers de l'époque mérovingienne sont exposés au musée Carnavalet (Paris).

Ces deux objets sont exposés dans l'aile Richelieu, salle 501, Charlemagne, Vitrine 4, mérovingien
Bibliographie

Legoux 1993

Legoux R., De la Typologie à la chronologie, In: Verre et merveilles, mille ans de verre dans le nord de la Gaule, Guiry-en-Vexin, 103-108.

Feyeux 2003

Feyeux J.-Y., Le verre mérovingien du quart nord-est de la France, Paris, 2003.


Les autres objets en verres détenus par le musée du Louvre (sélection d'objets)


Flacons de la Méditerranée orientale (production syrienne) datés des VIe-VIIe siècles

Deux flacons acquis par le musée en 1910, sont des objets soufflés dans un moule pour leur imprimer un décor chrétien (références de ces deux objets : OA 6417 et OA 6418).


Le flacon ci-contre de forme hexagonal de couleur jaunâtre est muni d'une anse et d'un goulot évasé. Ses faces présentent des motifs différents (OA 6418). Cet objet mesure 22,9 cm de haut et son embouchure a un diamètre de 4,5 cm. Le fond est concave.

Bibliographie :

- POPE 1938, pl.2442c, Paris, 1977, p.59, n°31.

- Arveiller-Dulong V., Nenna M-D, Les verres antiques du musée du Louvre, 2005, p.481.


Cet autre flacon carré de couleur verdâtre muni d'une anse a une hauteur de 14,8 cm, mesure 4,5 cm de côté et son embouchure 3,8 cm. Chaque face porte un décor différent : moine stylisé, croix pattée, oiseau, motif de croisillons (OA 6417). Son embouchure a une forme d'entonnoir et la lèvre est ourlée vers l'intérieur.


Bibliographie :

-Eisen, 1927, p.484

-Coche de la fierté, 1958, p.58 et 111

- Arveiller-Dulong V., Nenna M-D, Les verres antiques du musée du Louvre, 2005, p.481.

Ces deux objets sont exposés dans l'aile Richelieu, niveau 1

Objets des XVIe-XVIIe siècles exposés dans l'aile Richelieu





Dans cette vitrine de la salle 517 se trouvent des objets du XVIe siècle.




On peut reconnaître des verres décorés d'émaux polychromes et de dorure, deux gourdes du nord de la France appelées "gourde de pèlerin" dont une est en verre bleu opaque et l'autre décorée d'émaux et de dorure.

Ce beau verre émaillé à jambe creuse composée d'un bouton côtelé est légèrement grisâtre. Son pied est ourlé par refoulement de la paraison. Cet objet a été réalisé en trois parties : une pour le pied, une pour la tige côtelée et une pour le contenant conique. Des inscriptions sont situées sur sa panse et le pied dont celle-ci : "PORTAM IVSTI INTRAV HANC" (=Les justes franchiront la porte"). Cet objet mesure 18,7 cm de hauteur et a un diamètre d'ouverture de 13,6 cm.

Cette vitrine (salle 518) regroupe des objets du XVIe siècle et du XVIIe siècle. De nombreux verres à jambe creuse sont de Venise ou réalisés à la "façon de Venise". Certains sont à ailettes ou serpentiformes. Des coupes dont une est émaillée, une "tazza" à douze côtes gravée à la pointe de diamant, une gourde et une aiguière en verre blanc "craquelée" complètent cette exposition. Ces verreries proviennent de dons de Charles Sauvageot en 1856, de legs de la Baronne Salomon de Rothschild en 1922 et de l'acquisition de l'ancienne collection de Pierre Revoil en 1828.

Les objets de cette vitrine sont ici aussi essentiellement du XVIe et du XVIIe siècle, sauf le grand verre à ailettes qui serait du XVIIIe siècle. Ils sont tous de Venise ou à la "façon de Venise" à part le vase couvert avec un décor de filigrane de verre blanc qui pourrait avoir une origine espagnole (à droite de l'étagère du haut). On note des coupes et verres à couvercles sur tiges creuses à boutons ou à mufles de lions qui sont décorés d'émail ou de dorure. Une coupe polylobée, une aiguière en forme de nef et un verre "trompeur" sortent des formes "ordinaires". Tous proviennent de dons de Charles Sauvageot en 1856 et de legs de la Baronne Salomon de Rothschild en 1922. (salle 518)


De nombreux objets en verre , verres à pied , "Gourde de pélerin" sont à décor de reticello et sont datés de la fin du XVIe siècle et du XVIIe siècle. Une coupe basse et d'autres verres à jambe de la même période sont à décor filigrané a fili et a retortoli. Une chope en verre blanc et filigrane aurait une origine allemande et des Pays-Bas.


Il s'agit de dons de Charles Sauvageot en 1856 de legs de Mme Thiers en 1880 et de legs d'Adolphe Thiers en 1881.





Sur la rangée du bas on peut apercevoir 6 objets : deux gobelets à décor à filigrane à la "façon de Venise" du XVIIe siècle, l'un avec des lignes verticales bleues proviendrait d'Anvers, l'autre possède un pied bleu sous forme de cordon, une assiette, un bassin à décor a lattimo, un verre à pied, une corne en verre filigrané provenant d'Autriche ou d'Allemagne. Leur présence s'explique par les dons de Charles Sauvageot en 1856 et par l'acquisition en 1850 de l'ancienne collection Debruge-Duménil. (salle 518)

Tous les objets en verre exposés au musée du Louvre ne sont pas présentés ici afin de ne pas gâcher la découverte de ces magnifiques verres qui méritent une visite complète de l'aile Richelieu...

Comments


bottom of page