top of page
  • hebrardcatherine

Verres archéologiques, Musée d'Aquitaine (Bordeaux)-2ème partie

Dernière mise à jour : 4 nov. 2023

La première partie concernait des verres de la période médiévale (XIIe /XIIIe s.).


Ici sont présentés les objets en verre des XIVe au XVIIe siècle qui ne sont pas tous exposés au musée et qui se trouvent dans les réserves. De très beaux fragments proviennent de découvertes fortuites lors de travaux d'urbanisation .


Bel objet provenant fouilles archéologiques de la place Pey Berland

De très beaux fragments provenant de découvertes fortuites lors de travaux sont entreposés dans les réserves du musée.

La musée d'Aquitaine dans sa conception actuelle date de 1962. Il occupe l'ancienne faculté des sciences et des lettres, située cours Pasteur.



I- Verres à boire du XIV siècle : verre à pied ourlé tronconique du Musée d'Aquitaine de Bordeaux

Objets découverts lors des fouilles archéologiques de la place Camille Julian à Bordeaux
Verres à pied ourlé tronconique-Forme XIV.A1.a

Cinq verres à pied ourlé tronconique proviennent de la place Camille Julian (pas de numéro d'inventaire). Les pieds sont massifs et sont ourlés par refoulement de la paraison. Tous possèdent la trace du pontil en dessous. Ils ont été réalisés avec une seule paraison (Foy 2013).

Verres découverts lors des fouilles archéologiques de la Place Camille Julian à Bordeaux
Verres à pied ourlé tronconique-Forme XIV.A1.a (place Camille Julian-Bordeaux)

Schéma montrant la réalisation d'un verre soufflé a
Schéma montrant la réalisation d'un verre soufflé avec une seule paraison











II- Objets en verre du XV siècle issus de fouilles archéologiques déposés au Musée d'Aquitaine

A-Verre à pied annulaire de la forme XVA.4

Verre découvert lors des fouilles archéologiques de Pey Berl
Verres à pied annulaire-forme XVA.4

Trouvé à Pey Berland en 1865 (n°inventaire : 7627), un verre à pied annulaire, dentelé, réalisé avec deux paraisons, une pour le contenant et une sous forme de filet de verre bleu soudé à la première puis tirée avec une pince pour faire les dents qui forment le pied. Un objet presque identique a été trouvé lors des fouilles de la Commanderie du temple, dans le Lot (Pons 1996). Ceci est un très beau verre découvert dans un contexte archéologique et qui se trouve dans les réserves du Musée d'Aquitaine.


B- Coupe à pied en forme de résille de la forme XV.B2

Verre découvert lors des fouilles archéologiques de la place Pey Berland en 1865
Coupe à pied en forme de résille-Forme XV.B2

Trouvée à Pey-Berland la même année en 1865 (n° inventaire: 7626), cette coupe est réalisée comme le verre à boire précédent mais cette fois-ci avec trois filets de verre pour former le pied. Il s’agit d’un travail de belle qualité. Un objet identique a été trouvé à la commanderie de temple du Breuil, dans le Lot (Pons 1996).


III- Verrerie des XVIe/ XVIIe siècles


A- Les verres à boire

1- Les verres à pied ourlé tronconique, forme XVI.A1.a

un seul verre à une origine : fouilles archéologiques de Tourny en 1971
Verres à pied ourlé tronconique-forme XVI.A1.a


Ces verres sont réalisés avec une seule paraison. La trace de reprise par le pontil est bien visible. C’est un type courant au XVIe siècle, que l’on retrouve dès le XVe siècle. On ne connaît l’origine que d’un seul découvert lors des fouilles des Allées Tourny.




Verres provenant des fouilles archéologiques des Allées Tourny en 1971
Verres à pied ourlé et tige creuse-forme XVI.A1.B

2- Verres à pied ourlé et tige creuse sans renflement-forme XVI.A1.b


Un nombre important de verres à tige creuse a été trouvé sur les Allées Tourny ou à Pey-Berland. Il s’agit de verres à boire réalisés avec une seule paraison, les pieds étant ourlés par refoulement de la paraison.

Certains verres ont la trace du pontil très visible en dessous, d’autres possèdent une petite pastille de verre rajouté par le verrier pour pouvoir reprendre le pied avec le pontil, cette pastille permettant ainsi de renforcer l’ensemble.



3- Verres à pied ourlé et tige creuse avec renflement-forme XVI.A1.c

Verres issus des fouilles archéologiques de 1865 de la place Pey Berland
Verres à pied ourlé et tige creuse avec renflement-forme XVI.A1.c


D’autres verres à tige creuse ont un ou deux renflements. Ce type de verre est réalisé de la même manière que les précédents, avec une seule paraison.








Verre issu fouilles archéologiques place Pey Berland 1865
Verre à pied annulaire

4- Verre à pied annulaire

Un autre type de verre réalisé avec une seule paraison et un filet rajouté tiré à la pince a été trouvé en 1865 à Pey-Berland. Ce verre d'aspect brillant est jaunâtre avec de nombreuses bulles. Il possède un décor émaillé formé de pointillés blancs verticaux en relief sur le pied. Cet aspect brillant résulte d'un fort taux d'alumine (Je remercie Gratuze B. pour l'analyse de ce verre, IRAMAT Orléans).



Ce type d'objet a été découvert au château de Bressieux en Isère (Cabart 2009), lors des fouilles de l’Hôtel de Brion à Avignon, et à Rouen (Barrera, 1990). Les auteurs pensent qu’il s’agit de productions des Pays-Bas ou du nord de la France qui date de la seconde moitié du XVIe siècle.


5- Verre à pied droit et tige creuse avec plusieurs renflements-forme XVII.A1.c

Verre issu fouilles archéologiques des Allées Tourny en 1971
Forme XVII.A.3

Ces verres à boire sont réalisés avec 3 paraisons : une pour le contenant, une pour la tige, une pour le pied. Ce verre découvert lors des fouilles des Allées Tourny est proche d'un verre à tige creuse qui se trouve au Musée des Arts décoratifs de Bordeaux. Ils ont en commun la tige creuse en forme de balustre et la couleur grise du verre.



verres issus de fouilles archéologiques des Allées Tourny
Forme XVII.A.2.b

6- Les verres à pied droit et tige côtelée-forme XVII.A2.b

Ce type de verre est réalisé avec 3 paraisons, la jambe ayant la forme d'un bouton côtelé étiré. Ce type de verre est à rapprocher des productions des verriers de la Montagne Noire. Lors des fouilles des verreries de Candesoubre (Commandré, Martin 2008) et de Peyremoutou, des verres identiques ont été découverts (Foy, Averous, Bourrel, 1983).





7- Verre à mufles de lion-forme XVI.A2.d

Verres issus des fouillles archéologiques des Allées Tourny
Verres à mufles de lion

Le dernier type de verre à tige creuse a la tige soufflée dans un moule représentant un mufle de lion, plus ou moins stylisé. Ici quatre exemplaires ont été trouvés dont deux proviennent des Allées Tourny. Ces verres sont d’une réalisation médiocre, le motif est mal imprimé. On peut supposer que le moule utilisé était usé. On peut noter, qu’il s’agit de quatre moules différents.




II- Les formes fermées

A- Les fioles

1- Fiole côtelée

Objet issu fouilles archéologiques des Allées Tourny en 1971
Fiole côtelée-Forme XVI.C1 (Allée Tourny)

Une fiole côtelée provient des Allées Tourny (pas de n° d'inventaire). Son embouchure est constituée d’un goulot court, renflé à la base pour former un anneau creux plat. La paroi est côtelée. Ce même type d’objet a été trouvé lors des fouilles de la cour Napoléon du Louvre de 1984 à 1986[1].







2- Fiole aplatie

On ne connait pas de quelles fouilles archéologiques est issu cet objet
Fiole aplatie du XVIe s.

Une fiole incomplète aplatie (il lui manque le col), a un pied en forme de disque épais. C’est une fiole côtelée qui est décorée de 2 filets de verre disposés le long de la panse dans sa partie la plus étroite. Ce filet est travaillé à la pince. Le verre est de couleur jaunâtre et possède de nombreuses petites bulles. Son origine est inconnue et on ne sait pas si elle a été trouvée sur Bordeaux. C’est une fiole que l’on peut dater du XVIe siècle.


3- Bouteilles


Bouteille issus des fouilles archéologiques des allée Tourny en 1971
Bouteille aplatie

Des bouteilles ont été mises au jour lors des fouilles des Allées Tourny. Elles sont aussi de forme aplatie, apodes et le fond rentrant. Ce type d’objet était clissé. D’autres fonds de bouteilles aplaties ont été découverts 20 cours Pasteur.








Conclusion

Ces objets ont-ils été fabriqués dans la région ? L’activité verrière existe en Aquitaine et plus particulièrement à Bordeaux aux XVe et XVIe siècle. Des verriers Italiens sont présents dès 1569 avec le verrier Diffranx Pierre. Puis les verriers Ballerin Nicolas et Jehan, Dissenty Jérémy. La famille Sarrodo s’installe à Bordeaux au début du XVIIe siècle, les premiers actes connus concernant cette famille datent de 1603.

Pour voir la 1ère partie :


Bibliographie

Article à consulter sur le site de la revue archéologique de Bordeaux en version complète (accès libre).


コメント


bottom of page